GHIST IN THE SHELL

Sortie en salles 29 Mars 2017

 

 

Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on lui a volé. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres.

 

 

 

 

Rupert Sanders aux manettes

C'est Rupert Sanders, réalisateur de Blanche-Neige et le chasseur, qui a été chargé de mettre en scène l'adaptation cinéma de Ghost In The Shell. Ce dernier avait à coeur de respecter le matériau d'origine :

"Quand on a lancé ce projet, la première chose qu’on a eu envie de faire, c’était de venir ici à Tokyo, où tout a commencé. Nous voulions montrer aux créateurs et aux initiateurs de cette œuvre que nous prenions très au sérieux la mise en chantier de ce nouveau chapitre. Nous n’avions pas envie qu’ils soient déçus par ce projet, nous voulions qu’ils en soient fiers. C’était important pour nous de venir ici et dire "voici ce que nous avons fait, voici ce que nous allons faire". Nous ne faisons pas un remake. Nous réimaginons avec vous, à vos côtés. C’est un grand privilège, un grand honneur de travailler sur cette oeuvre. Je garde à l’esprit l’héritage de Ghost in The Shell et j’en écris un nouveau chapitre. J’espère m’inscrire dans la continuité de cette histoire, de la franchise Ghost in The Shell qui est déjà très vaste. Donc oui je ressens de la pression, mais on en a toujours en tant qu’artiste. Vous devez juste faire du mieux que vous pouvez et espérer réussir."

 

Spielberg sur les rangs

Le projet Ghost In The Shell version ciné a commencé à émerger début 2008, quand Dreamworks, la société de Steven Spielberg, achète les droits du manga de Masamune Shirow. Admiratif du travail du célèbre mangaka, le cinéaste met en route le chantier en compagnie du scénariste Jamie Moss et du producteur Avi Arad. Au départ, il est question d'un film dans la même veine esthétique que Sin City ou 300. Le projet est ensuite mis en stand-by pendant plusieurs années avant d'être ressuscité par Dreamworks en 2014, qui annonce le recrutement de Rupert Sanders à la réalisation. Le metteur en scène a d'ailleurs été contacté par Spielberg en personne.

 

 

Scarlett Johansson, du White Washing ?

Le casting de Ghost In The Shell a dû faire face à une polémique de white washing. En effet, de nombreuses voix se sont élevées, notamment de fans, s'insurgeant du choix de Scarlett Johansson pour camper un personnage asiatique, le Major Motoko Kusanagi. L'actrice est revenue sur la polémique dans une interview : "Je ne pourrais pas prétendre jouer le rôle d’une personne de race différente. La diversité est une chose essentielle à Hollywood, et jamais je n’accepterais de jouer un rôle qui pourrait offenser les autres. Rares sont les franchises qui possèdent une femme en tête d’affiche et, d’un coup, je ressens la pression que ça apporte."

 

Quant au producteur Steven Paul, il s'est défendu en affirmant ne pas voir ce manga comme une histoire exclusivement japonaise, mais plutôt comme une histoire universelle. De plus, le réalisateur de l'animé original, Mamoru Oshii, a approuvé lui-même le choix de Scarlett Johansson : "Scarlett Johansson, dans le rôle de Motoko, à tous les points de vue, est allée bien au-delà de toutes mes attentes. Je suis certain que ce film sera plus splendide que tous les autres."

 

Le réalisateur Rupert Sanders revient également sur le choix de Scarlett : "Pour moi, c’est la meilleure actrice de sa génération. J’ai été flatté, honoré qu’elle accepte de jouer dans ce film. Beaucoup l’ont également défendue avec véhémence. Elle est incroyable (...) Pour moi, il y a peu d’actrices avec une expérience de 20 ans avec l’esthétique cyberpunk en elle. Elle a fait tellement de films pointus, de Lost in Translation à Under The Skin. Elle a une carrière incroyable. Elle a l’attitude, elle a cette dureté nécessaire pour le rôle du Major (...) Elle a réussi à donner les nuances nécessaires à son personnage."

 

 

Adaptation

Ghost In The Shell est l'adaptation des longs-métrages animés Ghost In The Shell et Innocence, sortis en 1995 et 2004. Le film reprend des éléments de l'intrigue de ces 2 animés réalisés par Mamoru Oshii. Il intègre également des éléments de la série Stand Alone Complex. À la base, Ghost In The Shell est un manga culte créé par Masamune Shirow en 1989.

 

 

Des effets très spéciaux

Si le tournage du film a eu lieu en Nouvelle-Zélande, c'est aussi pour que l'équipe puisse travailler en étroite collaboration avec Weta Workshop, la société d'effets spéciaux fondée par Peter Jackson. En effet, ces derniers possèdent de très gros moyens avec des studios ultra-modernes et des génies des effets visuels. De quoi satisfaire Rupert Sanders, qui souhaitait faire un mélange astucieux entre décors en dur et effets spéciaux.

 

Incarner Batou

Le cultissime personnage de Batou, équipier du Major, devait au départ être interprété par Matthias Schoenaerts. C'est finalement l'acteur danois Pilou Asbæk qui a hérité du rôle. Ce dernier a d'ailleurs déjà croisé Scarlett Johansson dans Lucy de Luc Besson.

 

Voyage à Hong Kong

L'équipe de Ghost In The Shell a tourné durant 15 jours à Hong Kong, une ville qui a grandement inspiré Mamoru Oshii dans l'élaboration de ses longs-métrages animés. Rupert Sanders souhaitait ainsi se rapprocher du matériau d'origine et en respecter l'esthétique urbaine.

 

Pas de marionnettiste

L'équipe du film a choisi de ne pas reprendre le personnage du méchant culte appelé Le Marionnettiste dans l'animé original de 1995. Le producteur Avi Arad s'en explique : "Lorsque c'est un premier volet, la façon dont les personnages se comportent vis à vis des autres, leurs relations avec les personnes qu'ils aiment est déjà suffisamment source de beaucoup de matière. Donc il y aura beaucoup de méchants, qui mèneront une bonne partie de l'histoire, mais ils seront présents avant tout pour affronter Major sur le plan spirituel." Toutefois, le grand méchant du film, Kuze, interprété par Michael Pitt, vient de la 2ème saison de la série Stand Alone Complex mais comprend des éléments du Marionnettiste. Il ne sera pas non plus le chef d'indépendantistes comme dans la série mais un hacker redoutable.

 

Kitano le plus humain de tous

L'acteur/réalisateur mythique Takeshi Kitano incarne Daisuke Aramaki, charismatique chef de la Section 9. Contrairement à ses agents comme le Major ou Batou, ce dernier n'a jamais eu recours à des opérations dans le but d'améliorer son corps par la cybernétique. Il est donc le personnage le plus humain de tous.

 

Une BO culte

La bande-originale des animés Ghost In The Shell a été composée par Kenji Kawai. Rupert Sanders a repris sa musique devenue cultissime pour certaines séquences iconiques reconstituées dans le film live comme la "naissance" du Major. Le reste du score a été composé par Clint Mansell (Requiem for a Dream).

 

De Rupert Sanders

Avec Scarlett Johansson, Pilou Asbæk, Michael Pitt plus

Genres Action, Science fiction

Nationalité Américain