Prepa or not prepa ?

Telle est l’éternelle question qui vous torture l’esprit depuis des mois ! Vos parents vous en parlent et vos profs n’ont que ce mot à la bouche mais la prépa est pour vous d’abord synonyme de galère… Quand les résultats le permettent, le choix  de se tourner vers une prépa ou non est souvent difficile et n’appartient qu’à vous seul. Pour vous aider, voici de quoi se faire une petite idée sur cette orientation post-bac.

 

 

La prépa : qu’est-ce que c’est ?

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont un cursus de deux années enseignées dans les lycées, juste après le Bac et qui préparent aux concours d’entrée des grandes écoles et des écoles d’ingénieurs. Ces classes ont donc pour caractéristiques d’être très sélectives, et de haut niveau.

 

 

Quels sont les prépas possibles ?

Elles sont nombreuses et très variées, il en existe pour tous les goûts, et pour tous les bacs ! Les CPGE se divisent en trois catégories :        

                                                                                         

Les prépas Littéraires 

Ces classes, appelées hypokhâgne pour la première année et khâgne pour la deuxième, demandent évidemment un très bon niveau en français et en langues. Elles préparent principalement aux écoles normales supérieurs (ENS). Vous y étudierez les lettres, la philosophie, l’histoire, la géographie, une langue vivante. Viendront s’ajouter une à deux options minimum selon votre prépa. Enfin, vous pourrez prendre l’air grâce à vos deux heures d’EPS hebdomadaires !

 


• La prépa « lettres ». Prioritaire aux bacheliers littéraires, cette classe demande en option l’étude d’au moins une langue ancienne (débutant ou non), et d’une deuxième langue vivante. Elle propose en khâgne une spécialisation pour les lettres classiques ou pour les lettres modernes.


• La prépa « lettres et sciences sociales ». Cette classe est en revanche prioritaire aux bacheliers scientifiques car elle comprend un programme de mathématiques (et de sciences sociales). Les L et les ES peuvent aussi y accéder mais avec un très bon niveau dans cette matière !


• La prépa “lettres et sciences sociales”. Cette classe est en revanche prioritaire aux bacheliers scientifiques car elle comprend un programme de mathématiques (et de sciences sociales). Les L et les ES peuvent aussi y accéder mais avec un très bon niveau dans cette matière !

 

Bon à savoir : Certains lycées proposent l’option “sciences politiques”. A raison de 5h supplémentaires par semaine, elle prépare au concours d’entrée des IEP (instituts d’études politiques) que vous pourrez tenter en fin de première année.

 

Les prépas scientifiques

C’est la filière qui ouvre le plus de voies. Et pour cause, maths sup et maths spé ouvrent les portes des écoles d’ingénieurs, des écoles d’ingénieurs agronomes, des écoles vétérinaires et des écoles normales supérieurs. Cependant, elle demande d’avoir un très bon niveau autant dans les matières littéraires que dans les matières scientifiques. Les maths tiennent le plus de place dans ces emplois du temps. Il y a aussi des cours de français et de langue vivante (une seule langue est obligatoire). Pour le reste, l’enseignement dépendra de la filière que vous choisirez :


• MPSI. Maths, physique, sciences de l’ingénieur.


• PCSI. Physique, chimie, sciences de l’ingénieur


• PTSI. Physique, technologie, sciences de l’ingénieur

 

Telles sont les trois filières principales en première année. En parallèle il existe ??la filière BCPST (biologie, chimie, physique, sciences de la terre) qui préparent à des études plus agronomiques. En deuxième année
4 filières sont possibles :

• MP (Maths, physique)

PSI (Physique, sciences de l’ingénieur)

PC (physique-chimie)

• PT (Physique-technologie)

 

Les prépas économiques  

et commerciales

Si vous avez un bon niveau en maths et que vous visez une école de commerce, c’est un chemin que vous pourrez suivre après un Bac L, S, ES ou STT.

En prépa économique et commerciales, le programme de base comprend les matières maths & informatique,histoire et géographie économique, culture générale et EPS.

Le nombre d’heure et les matières supplémentaires varient selon la voie choisie.

Il en existe plusieurs :


• La voie scientifique, accessible après un Bac S (toutes options) ou éventuellement ES option maths à condition d’être très bon matheux.


• La voie économique, idéale après un Bac ES, accessible après un Bac L option maths. Elleest en quelque sorte un prolongement approfondi du programme de terminale ES. Toutefois, vous découvrirez une nouvelle matière (analyse économique et histoire des sociétés contemporaines) et aurez droit à une option économie en plus.

Il est important pour la réussite des concours de choisir celle qui selon vous, vous conviendra le mieux. Alors n’hésitez pas à en parler personnellement avec vos professeurs etdes conseillers d’orientation. Profitez également des journées portes ouvertes où vous rencontrerez élèves et professeurs de prépas qui pourront vous conseiller…

 

 

Ce qui vous attend  

On ne va rien vous cacher, la prépa c’est environ 2 à 3 fois plus de travail qu’en terminale. C’est Environ une trentaine d’heure de cours hebdomadaire et une masse de travail considérable à faire chez soit, auxquels s’ajoutent les colles (évaluation orale) une à deux fois par semaine et les devoirs sur table de quatre heures presque tous les samedis. Vue comme cela, on préfère ne même pas y penser. Mais pensons-y quand même : Certes le travail demandé en prépa est qualitativement et quantitativement important, mais sa formation est totalement différente de celle d’une fac par exemple. Vous y serezbeaucoup plus encadré et ainsi pourrez acquérir grâce à un enseignement de haut niveau qui reste très général, une vaste culture générale et des méthodes de travail et de réflexions incomparables qui vont faciliteront nombre de choses dans beaucoup de domaines. Comme le dit Rémi Brague, professeur de philosophie à la Sorbonne, « l’investissement est lourd, mais on rentre largement dans ses frais ».

 

 

Les débouchés

Après deux ou trois ans de travail acharné (vous ne pouvez redoubler que la deuxième année), tout le monde sera forcément récompensé,notamment par l’accès à l’une des 250 grandes écoles de France (sept cas sur dix) ! Une fois intégrée, elle vous assure normalement une vie professionnelle confortable dans un métier de votre choix (très important !).

 

Les principales grandes écoles sont :

• Les 4 écoles normales supérieures de France (Paris, Cachan, Fontenay Saint-Cloud, Lyon)

• Les écoles d’ingénieurs (Polytechnique, Mines ponts etc.)

• Les écoles de commerces (HEC, ESSEC, ESCP…)

• Les instituts d’études politiques (sept sciences po répertoriées en France)

• Les écoles de journalisme ou decommunications

• L’école des Chartres?

• L’’école militaire de Saint-Cyr

 

 

En cas d’échec

Environ 20% des élèves n’arrivent pas à s’adapter au rythme effréné de la prépa et se réorientent. Ainsi, si vous décidez d’arrêter votre prépa en cours ou en fin de première année, si vous n’êtes pas reçu en deuxième année ou si vous loupez les concours au terme de votre prépa, pas de panique : il existe des équivalences ! C’est pour cela qu’il est indispensable de s’inscrire en parallèle dans une université. Il n’existe pas d’accords nationaux pour les équivalences. Votre réorientation dépendra des accords conclus entre votre lycée et l’université locale, et de votre dossier. Selon le nombre d’année de prépa, vous pourrez obtenir une équivalence en DEUG ou en licence. Les études vous y paraîtront alors beaucoup moins dures et vous réussirez plus aisément. « C’est dans ces moments là qu’on s’aperçoit des bienfaits de la prépa ! » confit Antoine, étudiant en droit et ex-khâgneux.

Mais la fac n’est pas la seule solution. Vous pouvez également vous rabattre sur un DUT ou un IUT, ou bien intégrer un école de commerce ou une école d’ingénieur à bac +1 après examen et concours d’entrée.

 

 

Etes-vous prep’ ?

Avant de vous engager dans une prépa, demandez vous si vous avez le bon profil pour une en faire une (celui d’un travailleur érudit et régulier). En particulier, si vous possédez les deux qualités élémentaires du préparationnaire :

 

?1°) La motivation d’un guerrier. En effet, pour supporter des journées pendant lesquelles vous aurez à travailler vite et beaucoup (parfois jusqu’à 16h de travail), il est primordial de vous passionner dans ce que vous ferez. N’allez pas faire une prépa lettres si vous n’aimez pas la philo, de même que vous n’iriez pas traverser l’Atlantique à la rame en ayant le mal de mer... Il faut vraiment avoir un réel goût pour les matières que vous étudierez.

 

?2°) Un mental d’acier. En prépa, vos nerfs seront mis à rude épreuve… Il faut savoir encaisser les notes catastrophiques du premier semestre malgré vos efforts, et ne jamais vous décourager ! Vous devrez également résister à la pression des concours exercée par les profs et à l’esprit de compétition qui règne inéluctablement dans ces classes. Des conditions que vous saurez peut-être tourner à votre avantage !

 

L’ambition peut être également un très bon stimulant. Si vous avez une idée précise de ce que vous voulez faire plus tard ou si vous vous êtes fixé un but à atteindre, votre volonté n’en sera que renforcée… Mais gare aux excès d’orgueil !

 

 

Comment y entrer ?

Tout d’abord, sachez que l’inscription en prépa se fait dès le mois de janvier de votre terminale, et que tout élève ayant une moyenne générale supérieure à la moyenne peut prétendre à la prépa. Après, cela dépendra de votre niveau en langue et en français, de vos appréciations, du niveau de votre établissement… Pour ceux qui entrent en terminale, c’est justement le moment de se décider ! Une fois votre petit auto questionnement terminé (suis-je capable de faire une prépa ? etc.) et que vous vous sentez apte à faire à l’Aventure, vous suivrez la démarche suivante :

 

Vous souscrivez votre inscription sur le site internet www.admission-prepas.org, par le biais d’un formulaire que vous téléchargerez sur ce site. Dedans, vous remplirez vos vœux de prépas(jusqu’à 12 choix, dont 6 maximum pour une même prépa), dans les établissements qui vous intéressent.

En parallèle, vous retirerez un dossier d’inscription au près du secrétariat de votre lycée que vous remplirez de la même façon, en joignant en plus vos bulletins de notes de première et des deux premiers trimestre de terminale avec les notes obtenues aux épreuves anticipées de français.

Vous déposez votre dossier à votre établissement qui se chargera lui-même de distribuer les dossiers (1 pour chaque lycée différent demandé) aux établissements concernés. Mais avant cela : le chef de votre établissement et vos professeurs y joignent leurs appréciations. Il est donc important de leur prouver votre détermination dès le début de l’année !

Ensuite, vous n’aurez plus qu’à classer vos vœux (mois d’avril-mai) sur le site internet de l’inscription, et à attendre les propositions. Vous pourrez choisir d’accepter l’offre, de la décliner ou de la mettre de côté en attendant d’autres plus intéressantes. Vos annoncerez votre choix définitif sur internet, en début juin.

Enfin, il existe toujours une procédure de rattrapage en juillet pour les retardataires ou pour ceux qui n’ont eu aucune proposition (ils pourront réétudier leurs choix), mais les places seront évidemment beaucoup plus restreintes !