Les métiers de l’informatique

L’heure est à l’optimisme dans le secteur. Les embauches repartent à la hausse et profitent aux jeunes diplômés. Les recruteurs peinent même à trouver certains profils pour leur entreprise. L’informatique de gestion et l’informatique en système et réseaux a le vent en poupe, tout comme les technologies Internet, à l’image des professionnels spécialisés en accessibilité numérique (accès aux sites pour les personnes handicapées). 

Les employeurs recherchent des candidats ayant, en plus des compétences techniques, de bonnes capacités en communication et en gestion de projet.

Chef de projet informatique

Le chef de projet informatique intervient dès la phase d’étude : il doit définir les besoins du client, le temps nécessaire à la réalisation du projet et le budget correspondant, rédiger le cahier des charges et constituer l’équipe en charge du projet. Son rôle porte ensuite plus précisément sur le suivi des délais, ainsi que sur le respect du budget et de la qualité. Il est responsable au quotidien de l’avancée du projet. Une fois celui-ci terminé, il participe à sa mise en place et peut être amené à gérer ses améliorations.


Ses compétences : outre de solides compétences techniques, cet homme-orchestre est avant tout un manager qui possède des qualités de coordination et relationnelles, tant pour dialoguer avec le client que pour animer une équipe.

Sa formation : accessible après trois à cinq ans d’expérience, ce poste fait le plus souvent appel à des profils d’ingénieur et d’universitaire (bac + 5).


Concepteur Web

Il imagine des sites Internet sur mesure pour ses clients. Le concepteur Web a un rôle d’étude et de conseil. Il intervient avant la création concrète du site, lorsque le client se questionne encore sur ses choix. Il lui apporte son expertise et analyse ses besoins. 

Il traduit ainsi les envies et les attentes de son interlocuteur par un projet concret et élabore les spécificités du futur site : ergonomie, fonctions, architecture… 

Il établit aussi un devis détaillé. Le client accepte la proposition ? Le concepteur Web met alors sa casquette de chef de projet : il coordonne le travail des développeurs, graphistes et autres spécialistes chargés de "construire" le site. Il est, en outre, garant des délais et de la qualité du résultat final. Durant toute la durée du projet, ce pro du Web est en contact avec son client. 

En plus d’être calé en informatique, le concepteur Web doit donc être un très bon communicant.


Ses compétences : imaginer, créer, superviser.

Sa formation : au minimum, un BTS informatique ou BTS communication visuelle option multimédia, un DUT services et réseaux de communication, etc. Quelques écoles et universités proposent également des filières professionnalisantes, telle l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (78) et sa licence pro ATC-STIC, option refonte de site Web.


Développeur multimédia

En utilisant un logiciel, on oublie souvent que cet outil est en réalité un amas de codes, incompréhensibles pour qui n’est pas expert. 


Ces codes ont été pensés et construits par le développeur informatique (ou analyste-programmeur). À partir d’un cahier des charges, remis par les ingénieurs, et après avoir analysé les besoins des futurs utilisateurs du programme, il écrit des lignes de codes dans le langage choisi (C++, HTML, etc.).

Lorsqu’il a fini son travail “d’écriture”, il teste le produit, corrige les éventuelles erreurs, jusqu’à ce que tout fonctionne parfaitement. Quand le produit entre en fonctionnement, il effectue les opérations de maintenance.

Lorsqu’il travaille dans le secteur du multimédia, le développeur (ou développeur multimédia) rédige alors les lignes de codes nécessaires à la création des sites Internet, des cédéroms, des jeux vidéo…


Ses compétences : analyser, concevoir, programmer.

Sa formation : un BTS ou un DUT lié au secteur informatique constitue le minimum requis pour débuter comme développeur. Mais les programmes devenant de plus en plus sophistiqués, les diplômés à bac+5 d’écoles d'ingénieurs et de troisièmes cycles en informatique (MIAGE notamment) sont les plus prisés.


Technicien en télécommunications

Ce technicien est chargé d’installer les connexions qui nous relient au “monde” par voie téléphonique : câbles, routeurs… Il assure la maintenance des centraux téléphoniques et des réseaux en tout genre. 

Autant de tâches qui nécessitent d’avoir l’esprit pratique, mais aussi de bonnes capacités d’analyse quand il s’agit de déceler une panne ou d’interpréter un schéma. 

Professionnel de terrain, le technicien effectue en général de nombreux déplacements, de plus en plus à l'étranger (Chine, Russie, Maghreb), où les trois opérateurs français développent leurs offres.

Le technicien réseaux est quant à lui en charge du réseau informatique. 


Ses compétences : construire, contrôler, réparer.

Sa formation : entre autres, le DEUST maintenance et installation de réseaux à Lilles, le DUT réseaux et télécoms ou le DUT génie électrique et informatique industrielle, ou encore le BTS systèmes électroniques ou électrotechnique accessibles après un bac STI2D ou un bac pro systèmes électroniques numériques (spécialité télécommunications et réseaux).


Webmaster

Un site Internet est une matière vivante qui demande qu’on s’occupe d’elle. Dans le rôle de la “nounou”, le “webmaster,” ou gestionnaire de site Internet, allie des compétences techniques et rédactionnelles. 

La première étape de son job passe souvent par la création du site. Il doit connaître tous les langages informatiques (XML, HTML) et faire preuve de créativité pour “mettre au monde” un site attrayant. 

Il n’est pas seul dans l’aventure : il anime une équipe de graphistes, développeurs Web, etc. Ces activités techniques peuvent être complétées par des compétences éditoriales : au quotidien, le webmaster entretient les informations diffusées sur le site, les renouvelle, actualise les données, gère les forums de discussion…


Ses compétences : concevoir, gérer, animer.

Sa formation : les “webmasters” sont issus de cursus variés (BTS services informatqiues aux organisations (option SLAM), DUT services et réseaux de communication, DUT informatqiue, écoles d’ingénieurs ou écoles de commerce, université, écoles spécialisées…), mais doivent avoir d’excellentes bases en informatique.