Bien choisir son école d’art

Par Frédérique Réal 

 

Quand vocation et passion riment avec formation
Tu as la fibre artistique, un bon coup 
de crayon, des idées et des couleurs plein la tête? L’envie d’entrer dans l’univers original, éclectique et magique de l’art? Outre un esprit créatif et un certain talent, tu devras faire preuve de travail et de ténacité, d’adaptation et de polyvalence. 
Et surtout ! avoir des compétence techniques et un solide bagage culturel…

 

Les écoles d’art sont là 
pour ça ! Les créateurs sont partout ! 
D’un côté, dans les arts plastiques, aussi appelés Beaux-Arts, qui constituent « l’ art pur », destiné aux galeries, aux musées et aux collections tels la peinture, la sculpture, la photo. Et de l’autre, les arts appliqués, qui sont…appliqués à la vie professionnelle ! comme le design, le graphisme, l’architecture intérieure, le stylisme...

 

Le choix de ton école d’art est primordial : de là, dépend la qualité de ta formation 
mais aussi le choix de l’art dans lequel 
tu te distingueras… En France, on 
dénombre 1200 organismes de formation artistique dont des centaines d’écoles supérieures d’art ! 
Alors, pour choisir ton école, visite leur site Internet et rends toi aux journées portes ouvertes…
Bon, allez on est sympa, on éclaire tes lanternes !

Une prépa ?
Rares sont les étudiants qui intègrent une école d’art sans passer par une classe préparatoire d’art ! Elles permettent d’avoir une véritable base artistique ( en dessin, perspective, anatomie, techniques… ) et offrent ainsi une remise à niveau souvent nécessaire. Ces prépas sont en général privées et donc payantes ( en moyenne 4500€ par an ). N’hésite pas à jeter un coup d’œil sur leurs résultats aux concours ! Parmi les prépas connues, on trouve l’atelier de Sèvres et les cours des Beaux Arts de Paris ou Versailles.

École publique ou privée ?
La plupart des écoles d’art sont privées et chères. Les quelques écoles publiques, elles, sont très sélectives, 
mais toutes ne se valent pas. Le plus important dans ton choix? Le niveau et la qualité de la formation !

Quels diplômes prépare-t-on en écoles d’art ?


• 8 BTS d’arts appliqués en 2 ans dans des domaines aussi variés que 
l’architecture d’intérieur, le stylisme, le textile, l’expression et la communication visuelles…


• 6 DMA en 2 ans après le bac ( DMA en arts graphiques, décor architectural, habitat, art textiles et céramique horlogerie ). Une fois un BTS ou un DMA acquis, les étudiants en Arts appliqués peuvent passer le Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués, le DSAA, en 2 ans ( donc un bac +4 ). Tu as entendu parler de la réforme LMD ? Tu sais, le 3 / 5 / 8 qui scinde en 3 niveaux l’enseignement supérieur ( Licence, Master, Doctorat ). Les écoles d’art vont ainsi progressivement modifier leur cursus pour les harmoniser avec cette nouvelle réforme !

Les écoles d’art publiques
Les écoles d’art du ministère de la 
Culture sont souvent très prestigieuses, 
ne coûtent pas très cher ( entre 290€ et 500€ l’année ) et occupent tous les créneaux de la création. Ces écoles recrutent sur concours ( présentation du book, entretien et tests graphiques ) : parfois très sélectifs !! et préparent un cursus en 3 ou 5 ans.

Les 5 écoles supérieures 
d’arts appliqués
Les « Écoles de la ville de Paris » sont des écoles supérieures d’arts appliqués préparant aux BTS arts appliqués, en 2 ans après le bac ou aux DSAA et aux DMA pour un bac +4. Toutes ont une spécialisation, 
l’entrée se fait au niveau bac. Attention ! Si tu as un bac S, L, ES ou technologique : une classe de remise à niveau est nécessaire.


• Le mobilier et l'architecture intérieure pour l'école Boulle


• Les arts graphiques et la communication visuelle pour l'école Estienne


• L’esthétique industrielle et le design pour l'école Olivier-de-Serres


• Le stylisme, le design mode ou textile, pour l'école Duperré


• Le textile, le graphisme, l’édition et le multimédia pour l'ESAAT à Roubaix.



Les 4 parisiennes
Ce sont des écoles de haut niveau dont l'accès ( par le biais d’un concours ) demande une préparation sérieuse d'une année ou deux en écoles régionales ou municipales d'art, ou encore dans des ateliers privés. Ces grandes écoles nationales supérieures sont toujours aussi prisées. Elles exigent une bonne culture générale et de bonnes aptitudes en dessin. Les coûts de formation ne sont pas très élevés.


• Les Ateliers ( l’ENSCI : Ecole nationale supérieure de création industrielle ) avec 3 formations : design et création industrielle, design textile et design des nouveaux médias en 5 ans. L’entrée se fait sur  examen du dossier scolaire, lettre de motivation, présentation d’un dossier personnel et entretien.


• Les Arts Déco ( L’ENSAD : Ecole nationale supérieure des arts décoratifs ) forme en 5 ans des créateurs dans la communication visuelle et l’aménagement de l’espace. Le bac n’est pas exigé.


• Les Beaux-Arts ( L’ENSBA : Ecole nationale supérieure des beaux-arts 
de Paris ) forme des artistes dans les arts plastiques ( dessin, peinture, 
sculpture, multimédia ) pour un cursus en 5 ans. Seulement 10% des candidats sont admis au concours, lesquels doivent présenter un dossier de créations personnelles, passer un test ( dessin, culture et analyse ) et un entretien.


• L’École du Louvre : forme aux métiers de l’histoire de l’art, on y apprend l’histoire de l’art, l’histoire des civilisations et de muséologie. N’offrant que des cours théoriques, l’entrée ne se fait que sur examen de dossier du bac et après réussite d’un test de connaissances.

Les 54 écoles en province
Les « écoles des Beaux-Arts » de province fonctionnent sur le même mode. Elles recrutent des bacheliers pour un cursus en 3 ou 5 ans, et préparent aux mêmes diplômes. Les concours d’entrée comprennent des épreuves pratiques et de culture générale et la présentation d'un dossier de travaux personnels lors d'un entretien. En province, les concours sont moins concurrentiels, pour des formations pas forcément moins bonnes. Il faut compter 250€ par an de frais d’inscription. Attention, le niveau de ces écoles peut être très différent. Chacune organise ses propres examens d’entrée en avril-mai. Les études commencent par une année généraliste : au programme : histoire de l’art, dessin, couleur, peinture, gravure, infographie... Puis, l’étudiant s’oriente vers un cycle court ou long.


• La filière courte prépare au DNAT ( diplôme national d'arts et techniques ) en 3 ans après le bac dans 3 options : design graphique, design d'espace et design produit et permettra d’exercer des fonctions d’assistant de création.


• La filière longue aboutit à l’obtention du DNSEP ( diplôme national supérieur d'expression plastique ) en 5 ans, après avoir obtenu le DNAP 
( diplôme national d’art plastique ) en 2 ans. Ils comprennent 3 options : 
art, design ou communication, il forme les concepteurs rédacteurs.
Une école près de chez toi ? Voici, où elles se trouvent…
Aix-en-Provence, Amiens, Angers, Aubusson, Angoulême, Annecy, Arles, Avignon, Besançon, Bordeaux, Bourges, Brest, Caen, Cambrai, Cergy, Chalon-sur-Saône, Clermont-Ferrand, Dijon, Dunkerque, Epinal, Fort de France, Grenoble, Le Havre, Le Mans, la Réunion, Limoges, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Orléans, Pau, Perpignan, Poitiers, Quimper, Reims, Rennes, Rouen, Rueil-Malmaison, Saint-Etienne, Strasbourg, Tarbes, Toulon, Toulouse, Tourcoing, Tours, Valence, Valenciennes.
Pour n’en citer que quelque-unes… 
Les Beaux-Arts de Cergy, spécialisés dans « l'art conceptuel » ( vidéo expérimentale, performance... ). Les Beaux-Arts d'Angoulême, réputés pour leur section BD. Les Beaux Arts d'Amiens, axés sur l'illustration


Les écoles privées
Dans certains secteurs comme la 
mode, il existe peu de formations publiques. Souvent très exigeantes, coûteuses ( de 4800 à 10500€ l’année ), 
elles dispensent des formations rigoureuses et très adaptées au monde de l'entreprise ( ce qui n'est pas toujours le cas des grandes écoles ) et ce, dans tous les secteurs 
artistiques. De plus, les plus prestigieuses d'entre elles rivalisent en 
réputation avec les meilleures écoles 
publiques, bien que la sélection à l’entrée y soit moins sévère. Attention ! Vérifie tout de même que le diplôme est reconnu par l’État et tant qu’à faire visé et homologué, l’État attestant alors de la qualité et de la pédagogie du corps professoral ! Les formations dans le privé sont très inégales et le meilleur côtoie le pire !! L’idéal? Cours aux journées portes ouvertes de l’école convoitée ! Tu pourras visiter les locaux, rencontrer les professeurs et les élèves. Tu connaîtras ainsi les débouchés, le taux d’insertion des jeunes diplômés, les matières enseignées, la part de pratique, les frais de scolarité,  l’existence ou non de stages ou encore l’importance du corps professoral permanent…


Quelques spécialités…
Cinéma d’animation? EMCA à Angoulême. L’expertise et le commerce des œuvres d’art? L’IESA et Icart tous les deux à Paris. Stylisme de mode? Studio Berçot à Paris, ESMOD. Graphisme? Copag à Paris. Des formations mutlimédias et arts appliqués variées et de très bonne qualité? Itecom à Paris.

L’art et ses débouchés…
Bien sûr, tu pourras travailler dans 
la création…pour la beauté de l’art elle-même ! Mais les arts appliqués 
te conduisent aussi vers la création utilitaire ou décorative ( stylisme, modélisme, architecture d'intérieur ) 
ou la communication visuelle ( graphisme, infographie, illustration, BD, affiche, maquette ) ou même vers les métiers du marché de l'art : 
commissaire priseur, expert, antiquaire. Enfin, les secteurs de l'Internet et du multimédia recrutent des graphistes, alors à tes logiciels !


Conclusion
Reprenons la sage philosophie de Manu : « Il faut être le meilleur pour percer dans ce domaine. On dit qu'il y a toujours quelqu'un de meilleur que soi... Soyez ce quelqu'un. »